Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

CONTACT

SUNDICAT SUDPTT

7 rue Maréchal Leclerc

BP 482

50002 Saint-Lô Cedex

Tel:02 33 72 04 70 

sudptt.manche@orange.fr

Portable secrétaire Departemental: 06 86 49 39 56

Portable représentant Chsct DOTC Basse normandie: 06 82 43 91 06

INFO RESSOURCES HUMAINES

Janvier 2011 3 licenciments en classe 1 dont  2 pour inaptitude

Septembre 2011 3 licenciments en classe 1  pour inaptitude

VISITE DE BUREAUX

Visite de bureaux

Permanence SUDPTT 54 rue de La Bucaille à Cherbourg lundi aprés midi, vendredi

ADHERER A SUD PTT MANCHE

3 bonnes raisons pour adhérer
                  Adhérer, pour quoi faire ? (1)
On entend trop souvent dire « mais que font les syndicats ». Or qui sont ceux que vous appelez « les syndicats », mais qui sont-ils ? Ce sont des collègues qui ont fait le choix de s'investir dans une organisation syndicale.
Mais qui peuvent-ils bien représenter s'ils n'ont pas dans les services des adhérents avec qui ils sont en contact régulier pour être informés de ce qui se passe.
                 Adhérer, pour Quoi faire ? (2)
Un autre aspect important, est l'indépendance des syndicats. Comment peut-on être réellement indépendant quand une grande partie de nos moyens d'existence est fournie par l'entreprise ? Etre adhérent, et donc payer des
cotisations, c'est aussi ça : permettre une plus grande indépendance des syndicats.
                Adhérer pour quoi faire ? (3)
Les plus puissants syndicats de France sont les syndicats patronaux. Plus de 80% des patrons d'entreprise sont adhérents du MEDEF ou de ses copains. Face à cela, moins de 10% des salariés sont syndiqués. Les attaques se multiplient centre nos acquis {retraites, sécu, droit du travail...). Il est important que nous soyons beaucoup plus nombreux pour contrer toutes les attaques(exemple:facteur d'avenir, AOC...).

Bulletin d'adhésion à retourner : sudptt manche 7 rue Maréchal Leclerc BP482 50002 Saint-Lô Cedex: link

CONTACT SUDPTT BASSE NORMANDIE

SUDPTT Calvados 3-20 Quartier du Val 14200 Hérouville St Clair tel:02 31 94 26 00

sudposte14@orange.fr

SUDPTT Orne 5 Boulevard Carnot 61200 Argentan tel:02 33 35 60 60

sudptt61@wanadoo.fr

Adresse SUD de chaque département: link

14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 19:38

Comme il s’y est engagé, François Hollande, le nouveau président de la République, va plafonner le salaire des patrons des entreprises contrôlées par l’Etat. Pas si simple à mettre en œuvre.

L’heure de la « moralisation » des hauts revenus a sonné dans le public. Conformément à l’engagement pris pendant la campagne, le nouveau président de la République doit signer, d’ici fin mai, un décret plafonnant les rémunérations des dirigeants des entreprises publiques. Comment? En fixant, dans chacune d’entre elles, un écart maximal de un à vingt entre le salaire le plus bas et celui le plus haut.Concrètement, un patron ne pourrait gagner plus de 335600 € annuels brut (soit 27966 € par mois) si le revenu de base, dans son entreprise, est égal au smic annuel brut (16780 €).

François Hollande entend ainsi redonner un caractère « exemplaire » à la sphère publique. Il donnera l’exemple en réduisant de 30% ses émoluments, ainsi que ceux de ses ministres. Un symbole visant à montrer aux Français qui, en pleine crise, « ont toujours l’impression de payer pour les autres qu’un effort va être demandé à tout le monde », résume un élu PS.

Simple sur le papier, la limitation des salaires des patrons s’annonce pourtant compliquée à mettre en place. Ça ne sera pas le cas dans des établissements 100% publics, tels que la SNCF, l’Office national des forêts, le Commissariat à l’énergie atomique ou la Comédie-Française, dont les salaires des patrons sont rarement exorbitants. Quid, en revanche, des sociétés cotées dont l’Etat est actionnaire?

Avoir le sens de l’Etat ou pas

Dans certains cas, l’Etat possède plus de 50% des parts. Dans d’autres, c’est moins, ce qui ne lui donne pas le même poids pour imposer ses vues. Outre les problèmes juridiques posés par cette réforme, comment, enfin, faire accepter de gros sacrifices financiers aux dirigeants d’EDF, Areva ou GDF Suez sans prendre le risque de les voir partir ailleurs? Défendu par l’équipe Fillon, selon qui des « talents » doivent se rémunérer au juste prix, cet argument est battu en brèche par le PS. « On a le sens de l’Etat ou on ne l’a pas », assène un syndicaliste de la Poste, dont le conseil d’administration — hasard du calendrier — est consacré après-demain à la rémunération de son président, Jean-Paul Bailly, pour 2012…
art Le Parisien
Repost 0
sudptt manche.over-blog.com - dans Albums Photos
commenter cet article