Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

CONTACT

SUNDICAT SUDPTT

7 rue Maréchal Leclerc

BP 482

50002 Saint-Lô Cedex

Tel:02 33 72 04 70 

sudptt.manche@orange.fr

Portable secrétaire Departemental: 06 86 49 39 56

Portable représentant Chsct DOTC Basse normandie: 06 82 43 91 06

INFO RESSOURCES HUMAINES

Janvier 2011 3 licenciments en classe 1 dont  2 pour inaptitude

Septembre 2011 3 licenciments en classe 1  pour inaptitude

VISITE DE BUREAUX

Visite de bureaux

Permanence SUDPTT 54 rue de La Bucaille à Cherbourg lundi aprés midi, vendredi

ADHERER A SUD PTT MANCHE

3 bonnes raisons pour adhérer
                  Adhérer, pour quoi faire ? (1)
On entend trop souvent dire « mais que font les syndicats ». Or qui sont ceux que vous appelez « les syndicats », mais qui sont-ils ? Ce sont des collègues qui ont fait le choix de s'investir dans une organisation syndicale.
Mais qui peuvent-ils bien représenter s'ils n'ont pas dans les services des adhérents avec qui ils sont en contact régulier pour être informés de ce qui se passe.
                 Adhérer, pour Quoi faire ? (2)
Un autre aspect important, est l'indépendance des syndicats. Comment peut-on être réellement indépendant quand une grande partie de nos moyens d'existence est fournie par l'entreprise ? Etre adhérent, et donc payer des
cotisations, c'est aussi ça : permettre une plus grande indépendance des syndicats.
                Adhérer pour quoi faire ? (3)
Les plus puissants syndicats de France sont les syndicats patronaux. Plus de 80% des patrons d'entreprise sont adhérents du MEDEF ou de ses copains. Face à cela, moins de 10% des salariés sont syndiqués. Les attaques se multiplient centre nos acquis {retraites, sécu, droit du travail...). Il est important que nous soyons beaucoup plus nombreux pour contrer toutes les attaques(exemple:facteur d'avenir, AOC...).

Bulletin d'adhésion à retourner : sudptt manche 7 rue Maréchal Leclerc BP482 50002 Saint-Lô Cedex: link

CONTACT SUDPTT BASSE NORMANDIE

SUDPTT Calvados 3-20 Quartier du Val 14200 Hérouville St Clair tel:02 31 94 26 00

sudposte14@orange.fr

SUDPTT Orne 5 Boulevard Carnot 61200 Argentan tel:02 33 35 60 60

sudptt61@wanadoo.fr

Adresse SUD de chaque département: link

25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 16:22

Ils l'ont pris de haut, du haut de leur morgue ordinaire, ce "ramassis de gueux". Les drapeaux, ça n'a jamais vraiment fait peur. On en aura maté d'autres. Pourtant, les facteurs remplaçants qui font 300 km AR (4 h par jour gratuitement), condition pour obtenir la générosité du précieux CDI, quitte à se mettre au fossé sans dommage corporel en rentrant chez soi, ces facteurs avaient été chargés de semer la bonne parole : il n'y aurait pas de courrier aujourd'hui : forcément, les voyous allaient empêcher les voitures de sortir.

Ils l'ont pris de haut, malgré les deux gros hauts-parleurs, l'un côté rassemblement, l'autre du leure.

Pourtant, les voitures affluaient, affluaient, deux minibus, heureusement que la stabul à facteurs, est en bout de zone industrielle, dans un derrière de sac (pas dire de gros mot....).

Ils l'ont pris de haut, car ils avaient l'air débonnaires, heureux de se retrouver, l'air de se connaître.

Mais bon sang, ce qu'ils étaient nombreux ! Jusqu'à quand allaient-ils continuer à affluer ! !

La musique militante n'était pas leur tasse de thé, finalement on l'aura vu.

Puis, leurs nez se sont tordus, les soupirs à commencer.

Attendez..... Restez encore un peu.... ça ne fait que commencer......

C'est LA FETE A NEUNEU, comme à Paname ! Les 100 jours de la Honte !

La musique s'est éteinte, c'était mauvais signe. Derrière le silence, on entendait le sol trrrrremmbblller.

Et ça s'est mis à gronder, à tonner, à pleuvoir, à tomber dru, les uns après les autres, venant au micro transmettre la colère des uns, de tous, des autres !

Celles et ceux d'Aubigny étaient là, dignes, debout, droits, tête haute.

Pas loin de 200 personnes, rassemblées, passionnées, rassemblées, re-assemblées, re-rassemblées, conjuguées, unies, réunies, rajeunies, venues à bouche que veux-tu, dire combien, oui, combien ils étaient là pour les aider à gagner, pour leur dire, qu'elles allaient gagner !

Ils étaient venu pour se faire décorer, ils sont repartis la queue entre les pattes comme des chats miteux et mouillés, qui se sont fait courser par plus forts qu'eux.

Plus de morgue, plus mépris, pas la temps. La honte, c'était la leur, elle leur pesait lourd tout d'un coup, assénée coup après coup, coup de gueule après coup de gueule. Ils sont fait décorés comme des sapins de Noël. Ils se sont mis à courir se mettre à l'abri.

Que fait la police si des gueux peuvent dire ces choses-là ? On ne peut donc pas faire ce qu'on veut ? Il y aurait je ne sais quoi, une sorte de droit du travail, d'inspection de, de quoi ? Santé au travail ? Ils parlaient, là, ces gueux, sous nos yeux, d'injures faites aux grévistes bien plus épouvantables que, que quoi ?

Magnifique rassemblement ce matin, oui pour soutenir celles et ceux d'Aubigny.
De Paris à la Nièvre, de .... de partout, ou presque, tant je vais en oublier.

Des postiers pour la plupart. Tous des extérieurs, dira La Poste.

C'est foutu ! Turlututu chapeau pointu !

Ils auront porté partout le mépris et la morgue de ceux à qui l'on doit tout, sûrs de l'impunité.
Mais tout à une fin.
Là, ils n'auraient pas dû.
Fin de règne. Fin de l'araignée. La mouche factrice s'est échappée. Début du fil. Fil qu'on tire. Fil à tisser. Tissu qui se tisse, tous ensemble, réunis, re - unis, tous serrés, tous resserrés, tous rassérénés. Forts, de nos forces conjuguées, quand avoir raison ne suffit pas. Fin d'impunité, fin d'immunité, fin d'indignités, fin d'ignominies.

Décidément, seuls contre tous, ils aiment. Ils le construisent. ça ne leur suffit pas.

Beau rassemblement redoutable de puissance et d'efficacité. Venus dire leur grande solitude, et la multitude de celles et ceux d'Aubigny.
Puis, bien sûr, la suite, le débat public (ah, j'oubliais, la séance de discussion aimable autour du thé-petits gâteaux à l'intérieur de la stabul, d'où nous nous séparâmes en accord sur nos divergences majeures et cordialement ré-exprimées depuis 100 jours).

Les micros qui tournent. Excellent matériel, et qualité sonore. Assises sur l'estrade, derrière la table des "officiels", celles et ceux d'Aubigny.

Les langues se sont déliées, on s'est dit triste de ne pas avoir avec nous certains de nos camarades, notamment du meilleur d'entre les grévistes.

J'allais oublier le copain facteur, après sa tournée, 1 h 30 de dépassement horaire non rémunéré, bien sûr, tout cette route pour se retrouver tout seul sur le site, vide en fin d'après-midi. Finit par se procurer mon téléphone. Me remettre fièrement le contenu du chapeau qu'il a fait tourner auprès de ses collègues. Pas de plus beau chapeau que celui-là, chapeau-cadeau, chapeau, l'artiste !....
Auteur de cette lettre manuscrite émouvante, où les trois syndicats de son coin s'étaient cotisés pour en être. Une bière et deux avec lui, en ville, savourée, longuement, où j'ai plus bu ses paroles que ma bière désoiffante, puis ensemble à la salle des fêtes. Quelle fête, ce camarade, vraiment représentatif du facteur militant, qui en bave, mais qui est fier, même si certains collègues disent que les syndicalistes sont des fainéants. Il est reparti dans les derniers, et reprendra sa tournée, demain matin, comme les autres. Il ne saura pas que vous pensez à lui, il n'a pas internet, il est en "zone blanche".

Mais il est tard, camarades. Une journée qui s'éteint doucement, dans la chaleur humaine d'une journée riche. Riche. De notre richesse, oui, de celle-là, de la nôtre. Ensemble.

Et j'ai compris le privilège que j'avais, là, à les voir, ici et là, en groupe ou disséminées, hier se connaissant peu, voire peut-être dissonantes. Aujourd'hui riches de vous tous. Et vous parleriez de fatigue ? On en a encore sous le pied, si vous saviez...... Mais eux ne doivent pas savoir : le ciel se couvre, ne trouvez-vous pas, cher ami ?

Partager cet article

Repost 0
sudptt manche.over-blog.com
commenter cet article

commentaires